« Non! En vidéo WDR et DNR ne sont pas des copains de MDR »

Publié le 30 Jan 2018

La vidéo surveillance est devenue en quelques années un domaine où fleurissent les termes techniques et acronymes incompréhensibles du commun des mortels: AGC, IES, WDR, 3DNR, Smart IR, SSNR,  Defog, HLC, BLC, VARIO IR, CBR, VBR, MBR, VMD, VAD, GOP ou GOV, H264+, H265+ …Etc.   Bien évidemment ce langage technique nous vient des pays anglo-saxons qui arrivent souvent à condenser en quelques mots voire quelques lettres des notions techniques complexes, alors que la langue de Molière est beaucoup moins  propice à ce type de contractions.

En effet, en vidéo, il ne suffit pas de choisir la bonne caméra, le bon emplacement, la bonne orientation et la bonne focale. Afin de fournir une image de qualité même dans des conditions de luminosité complexe, il faudra le plus souvent penser à activer certaines de ces fonctions qui ne sont pas forcement activées par défaut en réglage usine. Cela dépend vraiment des constructeurs..

Si on ne veut pas générer trop de MDR, il nous faut donc maîtriser quelques uns des acronymes les plus connus.  WDR qui signifie Wide Dynamic Range ou Plage Dynamique étendue est une fonction qui permet à la caméra de mieux gérer des forts contrastes de luminosité. Si un capteur de caméra classique possède une sensibilité de 60 dB (décibels) l’oeil humain lui atteint 200 dB, en étant très performant en forte luminosité, mais médiocre dans la pénombre. Une caméra filmant une entrée, ou le soleil couchant sera systématiquement éblouie et compensera en obscurcissant les visages, qui se trouveront sous exposés et donc inidentifiables ! Le WDR permet aux caméras de dépasser les 60 dB et d’atteindre 90, 120, 140 voire 150 dB pour les meilleures actuellement. Ce miracle est obtenu en prenant très rapidement plusieurs images (2 à 4) sur et sous exposées  qui sont agrégées sans que cela soit visible à l’oeil nu. le WDR est donc indispensable en identification ERP par exemple (au delà de 110 dB) , mais aussi en règle générale aux caméras extérieures, car tôt ou tard. confrontées aux rayons du soleil ou aux réverbérations de murs ou de vitres.

Le DNR ou 3DNR,  le Dynamic Noise reductor ou Réducteur Dynamique de Bruit  est une autre fonction très importante. Activé il élimine une grande partie des pixels parasites générés par le capteur quand la caméra essaie de travailler avec très peu de lumière (<10  lux) mais sans basculer encore en Noir et Blanc avec Infra Rouge. Les pixels parasites aléatoires blanc, gris et Noir, appelés aussi bruit dans l’image ont en effet la fâcheuse habitude de faire exploser les débits des flux vidéos et donc les réseaux, les CPU serveurs et les disques durs ! Sans DNR une caméra Ful HP pourra monter à 20 Mbit/s bien qu’étant réglée à 12 IPS, compression moyenne et en H264! Avec le DNR activé, on restera plus raisonnable en deça de 4 Mbit/s de débit limite.

Un seul cas de figure recommande d’éviter de laisser activés le WDR et le DNR: quand on souhaite prendre des plaques d’immatriculation d’un véhicule en mouvement le soir, par exemple, car WDR et DNR sont des post traitements légèrement décalés qui peuvent générer du flou si la cible bouge vite.

« Le diable est donc bien dans les détails, là encore ….!  »

« Souriez vous êtes filmés »: les petites chroniques de la « Vidéo surveillance en s’amusant » balaient au gré de l’humeur du moment, quelques aspects régulièrement abordés en Vidéo surveillance sous un point de vue humoristique. Cette chronique est la sixième d’une série de 12 , diffusée à raison et 1 à 2 par mois.