Stratégie de Pré-positions « horaires »

Publié le 02 Août 2022

La France est un pays qui sur-utilise les caméras motorisées PTZ. Ces caméras, particulièrement couteuses qui, sous prétexte qu’elles peuvent potentiellement voir à 360°, (donc illusoirement voient tout) sont souvent utilisées en pré-positions multiples et rarement plus de 10 secondes par pré-position.

Évidemment, ces caméras ne voient pas grand chose puisqu’elles ne s’arrêtent presque jamais.

Leur seul moment d’utilité réel sera quand un opérateur suivra une cible en direct en exploitant le Joystick et le zoom de la caméra.

Sur un parc de 50, 100 ou parfois 200 Caméras motorisées, une question intéressante sera de se demander combien d’opérateurs j’ai potentiellement à l’instant « t » pour piloter les caméras ?

Sachant que si l’opérateur est sur la caméra 22, très clairement il ne sera plus sur les autres puisqu’une PTZ monopolise l’attention de celui qui l’utilise…

Arithmétique

Combien de mouvements va effectuer une caméra motorisée sur laquelle on effectue 3 mouvements par minute, soit une préposition toutes les 20 secondes ? ( ce qui est peu quand on voit certains CSU qui en ont 6 à 8 par minute )

  • 4 320 mouvements par Jour,
  • 129 600 mouvements par mois,
  • 1,5 million de mouvements par an,
  • 7,7 millions de mouvements sur 5 ans, (si on est très chanceux)
  • 15,5 millions de mouvements sur 10 ans, mais survivre jusqu’à là, c’est du domaine du rêve !

Les mécaniques vont souffrir énormément et souvent lâcher hors garantie des constructeurs, qui ne prend pas en compte l’usure des parties en mouvement …

Le problème n’est pas de faire forcement des pré positions quand j’ai beaucoup d’opérateurs, mais plutôt de continuer à le faire quand on en a beaucoup moins, notamment la nuit.

L’autre point qui laisse dubitatif en terme d’efficacité est d‘appliquer la même stratégie en pleine journée, qu’en milieu de journée, en fin de journée et la nuit à 22H ou à 2 heures du matin !

Je rappelle à tous qu’une caméra en mouvement rapide permanent consomme une grande quantité de réseau et de disque dur pour un résultat optique peu performant , essentiellement flou de nuit !

Pourquoi ne pas se creuser un peu le crane afin d’optimiser des pré-positions moins nombreuses adaptées à la vie du quartier, avec éventuellement à certains moments de la journée ou de la nuit, des plans fixes !

Entrées et Sorties Ecoles , Ouvertures Commerces, surveillance Abri Bus/Tramway, surveillance de parkings de nuit, surveillance d’entrées de cités ..etc

Mais pas tous en même temps ou n’importe comment !

Règlages « Usine »

Publié le 24 Juil 2022

Une bonne efficacité d’une installation vidéo nécessite de rentrer dans les détails. Très souvent les installateurs vont se contenter dans le meilleur des cas de mettre à jour le firmware, l’adresse Ip et le mot de passe, éventuellement la fréquence à 50 Hertz.

Or la gestion du contre jour, le serveur de temps ou la bascule jour /nuit sont rarement activés selon l’adage : « si c’est comme ça, c’est qu’il y a de bonnes raisons ! »

Évidemment, vous l’avez compris, il n’y a aucune logique argumentée, et il vaut mieux contrôler !

Sinon les résultats optiques seront souvent catastrophiques, surtout la nuit !

Ci-dessous exemple de comparatif à un instant « T », en septembre 2021.

Notez que les utilitaires et les réglages par défaut bougent avec le temps et les versions de firmware des constructeurs. Donc rien n’est jamais figé

Auparavant, avant 2015, les compressions étaient trop faibles, les flux Rtsp non authentifiés, l’audio activé. … Les vieilles installations sont particulièrement remplies de failles et de réglages fantasques !

L’effet « méride »

Publié le 15 Juin 2022

Pour le jeu de mots … On a aussi les Fées mérides.

Sur ce schéma l’illustration des 2 périodes extrêmes en terme de luminosité pour les caméras situées en extérieur et donc soumises aux aléas saisonniers. Tout d’abord le solstice d’été, lumineuse période où les jours sont très longs, pendant lequel les caméras vont moins consommer en terme débits. Avec beaucoup de lumière en effet, moins de pixels parasites et une vision couleur optimum, mois de flou car un temps d’exposition plutôt court, comme en photographie.

Son pendant, sera le solstice d’hiver avec des jours qui raccourcissent quotidiennement jusqu’à atteindre 8h15 de jour, ce qui en heure d’hiver nous amènera la nuit vers 16H.

En vidéo, il conviendra de mettre à l’heure GMT +1 Paris, nos caméras et nos enregistreurs en indiquant également les jours de passage en heure d’été ou d’hiver pour éviter le bazar des changements d’heures.

Certaines horloges dérivent avec le temps, il faudra alors recaler le système vidéo avec un serveur de temps local chez le client Windows (NTPS : Net Time Protocol Server) ou bien un NTPS dédié callé sur le fuseau horaire par une antenne GPS.

Si on veut éviter d’attendre trop longtemps (ou jamais) le passage des caméras en noir et blanc avec Infra rouge, il sera fortement recommandé de forcer les caméras à basculer en mode nuit. En effet, beaucoup de constructeurs proposent des caméras qui peuvent voir en couleur avec quasiment aucune lumière – du moins sur le papier. Résultat , ces caméras restent en couleur toute la nuit, mais ont de vrai problème pour filmer un visage ou une plaque d’immatriculation en mouvement sans générer de flou.

On aura, au final, trois principales stratégies en extérieurs nuit:

  • Laisser la caméra choisir de rester en couleur ou noir et blanc , le mode « Auto » , automatique, de bascule. La caméra décide ou pas de basculer selon la lumière ambiante. Pas de stratégie correspondant dans ce cas à une stratégie, mais c’est souvent ce qu’on trouvera par défaut sur le terrain: du hasard ! Si on veut avoir des images nettes et ne pas trop consommer , c’est peu conseillé. En CSU (Centres de Sureté Urbains) les caméras motorisées (PTZ) sont souvent volontairement laissées en couleur pour la gestion temps réel des détails par les opérateurs, mais hélas les caméras fixes le sont aussi !

  • Obliger la caméra à basculer sur un mode de programmation horaire, basé sur l’heure GMT de la caméra, tenant compte de l’heure d’été et d’hiver . Par exemple, tous les soirs , basculer à 21 Heures en noir et blanc et avec Infra rouge si la caméra en possède. C’est, cette fois ci un peu brutal, car pendant les 6 mois d’heures d’été , beaucoup de soirées seront encore très lumineuses à 21 Heures.. Cela aura le mérite d’économiser pas mal de bande passante et d’avoir des vues plus nettes en mouvement. Qui dit infra rouge , dit toile d’araignées et donc une maintenance préventive sérieuse et suivie.

  • Sur les gros systèmes de type VMS, certains logiciels vidéo peuvent être couplés à un logiciel gérant les éphémérides, c’est à dire gérer précisément les heures de luminosités, au jour le jour, selon les cycles de rotation de la terre autour du soleil. Le logiciel VMS dans ce cas, peut envoyer aux caméras concernées une commande CGI à travers le réseau demandant le passage en noir et blanc 30 minutes avant la fin précise du jour – de façon à anticiper – cette période complexe où la caméra manquant de lumière, essaie de rester en couleur , mais sans être très performante.

  • Pour être complet un 4 eme mode est cependant disponible , en couplant la caméra à une cellule photo électrique par des contacts secs (Dry contacts, Digital Inputs). Certains projecteurs infra rouge externes possèdent des détecteurs de luminosité qui peuvent activer la caméra en mode nuit par ce contact filaire. Attention, ne marche que si la caméra possède cette option de DI, toutes ne l’ont pas.

Buffer Overflow : un grand classique des grosses installations vidéo

Publié le 28 Jan 2022

Avec la multiplication des caméras, des caméras multi capteurs et des « grosses » résolutions ( 4, 5 ou 8 MP) les installations sont confrontées à de nouveaux problèmes: là où on gérait auparavant 30 ou 50 caméras 1 ou 2 MP pour environ 90 méga pixels , on a désormais 80 ou 100 caméras pour 250 méga pixels ! Ce ne sont plus les mêmes serveurs, ni les mêmes disques, ni les mêmes switchs ou cartes graphiques pour gérer ces masses de débits disparates et continus.

Or chaque équipement informatique possède une mémoire tampon destinée à saisir et stocker rapidement l’information entrante ou sortante avant de la transmettre.

Cette mémoire peut être saturée si elle est :

  • Trop petite face à une arrivée massive de data multiples (flux vidéo 1, 2, PTZ..)
  • Trop lente en sortie, car appliquant par exemple des contrôles de réception,
  • Saturée, car n’arrivant pas à se vider suffisamment rapidement ou tente de communiquer vainement avec des équipements eux mêmes saturés

Le Buffer Overflow représente le dépassement de la mémoire tampon de l’équipement et la perte de paquets, symbolisé ci dessous par des entonnoirs trop larges pour le tuyau et qui vont déborder. En vidéo , elle se traduit par des dysfonctionnements:

  • Pertes de flux aléatoires au niveau du serveur
  • Pertes d’enregistrements (on a le début mai pas la fin)
  • Problèmes de latences qui s’accentuent jusqu’à ce que le flux fige brutalement
  • Pixélisation …etc.

L’overflow peut être provoqué par des opérations stressantes en vidéo qui vont générer un afflux temporaires de données sur des mémoires déjà passablement encombrées: recherches synchronisées multi caméras en vitesse rapide ….

Ces éléments sont abordés par JustDoIp en formation technique et lors des audits de performances.

IA ou DeepLearning ?

Publié le 18 Sep 2021

Just Do IP teste actuellement plusieurs solutions basées sur l’IA ou le Deep Learning soit avec des algorithmes embarqués dans des caméras, soit sous forme de serveurs dédiés.

Vous avez ci dessous les principales problématiques résumées. Parmi les principales: peut on détecter automatiquement des personnes ou véhicules immobiles, et peut on détecter quand on a qu’une fraction masquée de la cible ?

D’autres critères comme la facilité de mise en œuvre et d’auto calibration, l’ergonomie de l’interface utilisateur, son intégration avec les VMS et Hyperviseurs du marché, la résistance / résilience à la saleté, aux insectes et aux végétaux et enfin la facilité de maintenance logicielle du système, car il faut pouvoir évoluer aisément.

Ci dessous test en live avec double détection en mouvement. Sans mouvement ou sur une vue partielle l’algorithme dans la version testée ne détectait pas.

Les véhicules à gauche et devant en partiel ne sont pas détectés. Une main, un avant bras ou une tête seule non plus.

Au stade actuel, aucun éditeur ou constructeur ne se risque à déclarer un 95% ou, à fortiori un 100%.

Peu de sociétés ont le temps et l’argent de tester en conditions de « stress test » les équipements, c’est à dire en faible luminosité ou en noir et blanc avec infra rouge, sous la pluie, et avec une toile d’araignée sur l’objectif.

Néanmoins, je constate que les faux positifs basiques sur végétaux en mouvement (branches, feuillus) ont tendance à disparaitre sur les derniers modèles d’analytiques.

Certaines caméras récentes équipées de Led blanches éclairent la scène dès que la luminosité baisse afin d’appliquer de la reconnaissance humaine ou véhicule et avec de très bons résultats. Elles peuvent émettre des messages pré enregistrés (« Périmètre privé veuillez quitter les lieux.. » ) , des lumières stroboscopiques ou clignotantes… Rester en couleur permet généralement de meilleurs résultats.

Un point important est qu’il est impossible de connaitre généralement la qualité d’apprentissage du « Deep learning » qui a été effectuée part l’éditeur ou le constructeur : a t on alimenté l’algorithme avec d’innombrables situations de l’objet et beaucoup de variations de luminosités pour décrire un véhicule ou un visage ou une arme , ou bien a t on entré des images de type « catalogues » , belles et hyper reconnaissables mais éloignées de la réalité ?

De l’importance des Taux de transfert dans le stockage IP …

Publié le 26 Sep 2017

Eh oui, on apprend de façon continue. Une intervention récente en Audit m’a demandé de réactualiser mes connaissances sur les systèmes de stockage recommandés en IP  quand on commence  à avoir pas mal de caméras (+/- 30) des débits d’enregistrement  un peu conséquents (REC 200 Mb/s) avec des résolutions méga et ultra pixels (2, 3, 5 et 12MP) – évidemment bien au delà des 4 CIF de l’arrêté de 2007. I

Quand vos enregistrements n’atteignent même pas l’unité de stockage, non du fait du réseau, mais d’un overflow purement d’octets entre un serveur vidéo et un enregistreur pourtant très performant sur le papier. Trouver le coupable demandera un petit travail façon Columbo, mais sans l’aide de sa femme..!

En effet, certains RAID ne sont pas du tout recommandés par certains éditeurs, toutes les cartes contrôleurs ne se valent pas, certains disques vendus pour la Vidéo protection sont particulièrement .. lents, (si, si ) les mémoires tampons et les tailles de blocs de formatage ou de bandes RAID sont particulièrement primordiaux pour atteindre de bonnes performances ..!

Ci-dessous, l’une des slides ajoutées à nos supports de cours destinées aux concepteurs (VID) mais aussi aux techniciens (CME)