En 2019 pour vos projets sureté, Prenez du recul et de la hauteur !

Publié le 13 Jan 2019

Agenda et Planning de Formations à la vidéo et à la sureté sur Q1 2019

Publié le 07 Jan 2019

JDI est référencé au  DATADOCK en tant qu’organisme de formation professionnelle et est certifié  ICPF & PSI depuis Novembre 2018

JDI intervient pour de nombreux autres organismes de formation soit avec des formations standards en Inter, soit avec des formations sur mesure, adaptée à des problématiques ou des marques précises. N’hésitez pas à nous consulter nous adapterons nos thèmes à votre problématique voire nous utiliserons vos marques de caméras ou d’enregistreurs si nous les avons de disponibles. Il est également possible de personnaliser les travaux pratiques et les simulations 3D.

Ci dessous liste de formations Inter. N’hésitez pas à nous contacter pour des formations  de groupes en Intra sur Paris ou en Province.

Formations Chefs de Projet

Formation Chefs de projet Vidéo chez Orsys La Défense (VID – 2 J)

28 mars –  27 juin 2019 – 16 septembre 2019 – 12 décembre 2019

Formation Chefs de projet Vidéo  chez PLB, Levallois (TVSP – 3 J)

18, 19 , 20 Mars 2019  (TVSP  3 jours, Levallois)

13,14,15 Mai 2019  (TVSP  3 jours, Levallois)

15,16,17 Juillet 2019  (TVSP  3 jours, Levallois)

 25 avril 201924 octobre 2019

11,12 Février 2019:  Formation Chef de Projet Vidéo (VID – (Issy les Moulineaux)

13 Février Module complémentaire optionnel Logiciel 3D


Formations Techniciens Vidéo

Formation Techniciens d’installation et de Maintenance Vidéo Analogique chez Orsys Lyon (CMA – 3 J)

4,5,6 Mars 2019:  Formation Techniciens Vidéo – Systèmes analogiques AHD /TVI/CVI   (CMA chez Orsys, Lyon)

25 avril 201924 octobre 2019  (La defense)

21,22 Mars 2019  (TCAM  2 jours, Levallois)

16,17 Mai 2019  (TCAM  2 jours, Levallois)

18,19  Juillet 2019  (TCAM  2 jours, Levallois)

19,20  Septembre 2019  (TCAM  2 jours, Levallois)

21,22  Novembre 2019  (TCAM  2 jours, Levallois)

11,12,13 février 2019  (VCME 3 jours, Issy les Moulineaux)

 


Formations Audit Vidéo

14,15,16 et 17 Janvier 2019:  Séminaire spécial Conception, Audit et Simulations 3D  – Ref.SEMI4 (Issy les Moulineaux)

Ce Séminaire destiné aux Chef des projets, Bureaux d’Etude et Consultants propose à la fois VID (2 jours) , AUD (condensé à 1 jour sur cas d’école très  parlant)  et D3D avec utilisation du logiciel JVSG proposé en option.


Ventes et Formations au Logiciel 3D , IP Video System Design Tool: sur demande, formations en présentiel ou webinar sur cas d’école fournis par JDI et/ou par vous même. JDI est spécialiste sur ce logiciel depuis 2012 et travaille régulièrement avec l’éditeur JVSG sur sa traduction et l’amélioration de ses fonctionnalités. Ce logiciel est montré systématiquement en formation  Vidéo (VID, AUD, VCME..) et une version de démonstration copiée et donnée aux stagiaires, les simulations 3D servent à la compréhension des situations sans soucis législatifs, et d’aide au choix des caméras et des focales, et à la constitution de dossiers avant vente attractifs et d’études techniques professionnelles  détaillées , par la suite.

JDI est référencé est certifié  ICPF & PSI depuis Novembre 2018 et donc conforme aux six attentes mentionnées dans le  décret.

Détails des formations ici : http://www.justdoip.com/formations/formations-presentielles/

L’esprit de la Loi

La loi du 5 mars 2014 confie aux financeurs de la formation professionnelle la responsabilité du suivi et du contrôle de la qualité des organismes de formation avec lesquels ils travaillent. Objectifs : améliorer la transparence de l’offre de formation et favoriser une montée en charge progressive de la qualité des actions de formation.

Le décret n°2015-790 du 30 juin 2015 fixe les critères qui permettent aux financeurs de la formation professionnelle continue de s’assurer de la qualité des actions de formation.

Ce décret :

Établit le calendrier avec une mise en application au 1er janvier 2017

Précise que les financeurs mettent à disposition des organismes de formation, des entreprises et du public, selon des modalités qu’ils déterminent, des informations relatives aux outils, méthodologies et indicateurs permettant de faciliter l’appréciation de la qualité des formations dispensées

Fournit les six critères qui doivent être évalués :

  • L’identification précise des objectifs de la formation et son adaptation au public formé
  • L’adaptation des dispositifs d’accueil, de suivi pédagogique et d’évaluation aux publics de stagiaires
  • L’adéquation des moyens pédagogiques, techniques et d’encadrement à l’offre de formation
  • La qualification professionnelle et la formation continue des personnes chargées des formations
  • Les conditions d’information du public sur l’offre de formation, ses délais d’accès et les résultats obtenus
  • La prise en compte des appréciations rendues par les stagiaires

Demande aux organismes financeurs d’inscrire et de publier à partir du 1er janvier 2017 la liste des organismes de formation qui remplissent les critères évalués

Charge les organismes financeurs de veiller à l’adéquation financière des prestations de formation achetées et aux tarifs pratiqués pour des prestations analogues

Les critères visent à :

  • améliorer la lisibilité de l’offre de formation,
  • inciter les prestataires de formation à donner davantage d’informations utiles aux financeurs et aux bénéficiaires, notamment sur les résultats obtenus aux examens et d’accès à l’emploi,
  • accroître la capacité de l’offre de formation à s’adapter aux besoins du public à former.

 

 

Que peut-on faire pour éviter de se faire « Hacker menu » en vidéo surveillance ?

Publié le 25 Nov 2018

 

Comme toute technologie la Vidéo surveillance sur IP a vécu quelques années dans une certaine insouciance. Contrairement aux caméras analogiques, on avait bien de nouveaux menus dans les caméras IP avec des trucs compliqués parlant de mot de passe, de https ou de Radius, mais la loi ne demandait pas grand chose, et le client n’était pas regardant, faisant confiance » aux spécialistes ». Les réglages usine des caméras étaient ce qu’ils étaient: basiques, avec des mots de passe d’origine, les trop fameux « admin/admin » ou « root/pass » et autres « admin/4321 ou 12345 ». Bref, pas terrible. En parallèle, les constructeurs d’enregistreurs ont simplifié à l’extrême les procédures de recherche et de raccordement des caméras aux NVR en utilisant leurs propres protocoles. On peut ainsi connecter des caméras sans adresses IP , qui ne sont pas mises à jour et sans mot de passe à un enregistreur qui va se charger de tout configurer en quelques minutes: Magie ! Ajoutons, le fait que l’interface du NVR fournit un QR Code qui , une fois scanné, donne accès aux flux vidéo de toutes les caméras sur n’importe quel SmartPhone,  sans toucher à la box du client: du David Copperfield !  En 2016, plusieurs attaques massives de serveurs aux Etats Unis effectués par des objets connectés ont révélé que ces objets étaient des caméras IP infectées par le vers Persirai.

Les caméras, comme les PC sont donc vulnérables à plusieurs niveaux: au niveau du processeur lui même, au niveau de l’OS installé dessus (généralement Linux en Open Source), le serveur Web Open Source installé sur cet OS (historiquement Apache), puis le code du constructeur lié à la caméra , le firmware qui contient aussi les évolutions d’interface et Onvif. Bref, à chaque niveau sa(ses) faille(s) potentielle(s). Ces derniers mois on a encore  trouvé des failles dans Linux, dans le serveur Web situé par dessus, et dans les logiciels constructeurs ce qui explique le déferlement de patch et Mises à jour de firmware chez tout le monde.

Beaucoup de failles sont basées sur l’Utilisation du protocole UpnP de Microsoft,  qui est activé par défaut sur la quasi totalité des caméras actuelles. L’Aberration étant qu’UpnP a été créé à l’originer pour gérer ses équipements informatiques , des imprimantes, à la maison en mode « pour les nuls ». Les appareils apparaissent et se déclarent en voisinage réseau, donnent leur adresses IP sans qu’on le demande. Le bonheur des hackers. Upnp se retrouve aussi dans les Box Internet, souvent pré activé permettant d’autoriser des communications sans manipulation du routeur (le NAT ou Port forwarding que l’on utilise traditionnellement en informatique).  Et on retrouve des centaines de caméras « en mode pour les nuls » chez certains grands comptes ou collectivités et CHU avec des réseaux parfois ouverts sur Internet. La règle en vidéo comme en informatique sera de fermer tous les ports et les services non utilisés: audio, ftp, UpnP, Bonjour, snmp, smtp, IPv6… etc

Mettre à jour toutes ces caméras devient aussi un pré requis en Vidéo sur IP, mais également le logiciel VMS ou du NVR sous forme de contrat de maintenance logicielle, souvent payante, car en informatique tout le monde doit se synchroniser. Il n’est pas nécessaire de le faire constamment mais une à deux par an , un point doit être prévu pour statuer.

Attention: cela n’est pas suffisant. Il convient également de vérifier que les identifiants sont complexes et qu’ils ne sont pas identiques chez tous les clients de l’installateur ou du mainteneur. Il faudra restreindre les accès aux équipements par des VLANs et des filtrages d’adresses (généralement MAC, parfois Radius). De même, il faudra vérifier que le DOE (Dossier des Ouvrages Exécutés) est à la hauteur, et contient bien les réglages spécifiques des équipements, mais aussi leurs sauvegardes et que tout ce petit monde partagé entre RSSI, Consultants, Installateurs et Mainteneurs est bien crypté dans des coffre fort numériques et non pas sur des PC en accès quasi instantané…!

Et comme le disait le vert Maître Yoda: « Si des Forces du Mal et des Botnet te protéger tu veux, alors tes réglages caméras par défaut changer tu devras « 

  « Le diable est donc bien dans les détails, là encore ….!  »

« Souriez vous êtes filmés »: les petites chroniques de la « Vidéo surveillance en s’amusant » balaient au gré de l’humeur du moment, quelques aspects régulièrement abordés en Vidéo surveillance sous un point de vue humoristique.

JustDoIP certifié conforme au Décret du 30 Juin 2015

Publié le 20 Nov 2018

Nous avons le plaisir de vous annoncer que JustoIP est désormais certifié par l’ICPF pour son activité de formation et de consulting et est conforme aux exigences du Décret du 30 juin  2015 relatif à la formation professionnelle. Ces exigences seront obligatoires en 2021 et nous avons donc pris les devant. JDI intervenant également dans le domaine de l’Audit, du Consulting et de l’Assistance, nous avons également demandé une certification pour notre activité de conseil et l’avons obtenue.

Mini Formations gratuites sur Expo Protection

Publié le 05 Nov 2018

Comme chaque année REED EXPO nous a fait confiance et nous a demandé d’organiser 9 mini conférences et formations réparties sur les 3 jours.

Retrouvez nous à cette occasion

En vidéo, un faux positif n’est pas un pessimiste déguisé en optimiste!

Publié le 02 Juil 2018

Parmi les innombrables termes  qu’on apprend dans le secteur de la sécurité il en est un que j’affectionne particulièrement.

Le Faux positif ! Il est à la fausse alarme, ce qu’est le Dommage collatéral à la Bavure, c’est à dire:  le terme qui fait pro…

Il est néanmoins l’un des critères très importants d’un système de sécurité: plus de le nombre de fausses alarmes – appelées aussi alarmes intempestives sera élevé, moins le système sera efficace et apte à répondre à des menaces réellesTel la fable d’Esope, dont le jeune berger criait trop « Au Loup » par blague, qu’à la fin plus personne ne vint quand le loup fut vraiment là… Celui qui reçoit les alarmes,  c’est »vous » ou vos Opérateurs privés, ou votre Police Municipale,  ou des déports sur des Commissariats ou la Gendarmerie. Ceci dit, quand on a une alarme, c’est que l’on souhaite agir en temps réel, en flag: prévenir les secours (pompier, rondier, police) et/ou attraper ou mettre en fuite le malveillant en utilisant des contre mesures (sirène, spots, flash, audio). Pas le droit d’être mauvais.

En intrusion, une porte mal fermée, des vibrations, la chaleur d’un radiateur ou des arbres en mouvement peuvent déclencher des alarmes intempestives. En Vidéo, les caméras IP permettent de détecter des mouvements dans l’image: basiquement, des mouvements plus ou moins importants de pixels une zone que l’on a définit, dans le champ de vision de la caméra. (Motion Detection, ou Video Motion Detection) En intérieur, avec une luminosité constante cela peut marcher, mais en extérieur: aie , ail,  aille.

Problèmes: les caméras ne savent pas bien distinguer un avant plan d’un arrière plan, un insecte, une ombre, un reflet d’un être humain ou d’un véhicule.  Bref, surtout en extérieur avec les changements de luminosité, et les aléas météo (vent, pluie, brouillard, neige) pas facile d’être bon ! La tentation est donc forte , quand un système déclenche trop souvent, d’abaisser les niveaux de détection et de sensibilité.  Et là, le risque d’un  Faux Négatif peut survenir… le pire en sécurité, celui d’une Non détection d’un Vrai évènement !  Moche..

Donc pour limiter les faux positifs en Vidéo, il est conseillé de:  Tester dans les pires situations avant de déployer (donc pas en plein jour quand il fait beau..).

Se tourner vers technologies complémentaires quand la caméra atteint des limites optiques dues par exemple à une faible luminosité ou à des mouvements de phares : un Radar PIR  (IP ou classique à contacts secs) passif ou actif, couplé à une caméra peut augmenter très fortement la pertinence de détection la nuit , par exemple.  Idem pour l’emploi de caméras Thermiques, qui sont en fait plus des capteurs de chaleur que des caméras. Enfin des logiciels d’analyse vidéo, qui ont des algorithmes plus complexes que ceux d’une simple caméra et calibrent les scènes en 3D, en perspective et peuvent classifier les cibles détectées pour optimiser les scénarios de réponse: neutralisation des aléas climatiques (vent , pluie, neige) des aléas optiques (reflets, ombres) des petits animaux , distinction Hommes / Véhicules, Couleurs, Sens de déplacement…

Certains systèmes permettent de créer des règles Inclusives, c’est à dire de demander la réalisation de plusieurs conditions (ET) avant de déclencher: par exemple, détecter et suivre une cible sur au moins 2 mètres , détecter un visage (face detect) franchir une ligne virtuelle et déclencher aussi un contact PIR sur la zone, ou utiliser des seuils audio ou des filtres d’analyse audio… Bref , ne pas rester cantonné (comme le riz, j’ai pas pu m’empêcher) au trop basique qui ne donnera que des résultats basiques.. et moches.

Attention: rien n’est jamais parfait, tout logiciel ou serveur d’analyse vidéo doit être  testé dans les pires conditions , idéalement avec des vidéos étalons de calibration (nuit, pluie, éclairs..)

Et comme le disait le vert Maître Yoda: « Si bien détecter par tout temps tu veux, tester tu devras, et d’autres technos en combinaison de la vidéo tu utiliseras »

  « Le diable est donc bien dans les détails, là encore ….!  »

« Souriez vous êtes filmés »: les petites chroniques de la « Vidéo surveillance en s’amusant » balaient au gré de l’humeur du moment, quelques aspects régulièrement abordés en Vidéo surveillance sous un point de vue humoristique.

 

Conférence de JDI au Congrès ACSES

Publié le 11 Juin 2018

 

Comme sur 2017, ACSES a demandé à JDI une intervention sur un retour d’expérience d’un Audit technique effectué sur le CHU d’Angers et un autre CH.

Etapes d’un Audit,  Disfonctionnements constatés, failles de sécurité, améliorations possibles, hypothèse de migration, simulations en 3D.

En Vidéo aussi, quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup 

Publié le 10 Juin 2018

La vidéo c’est comme la photo: c’est, avant toute chose, une question d’optique. Pour que l’image soit nette il faudra que la luminosité soit suffisante et que le temps d’exposition ne soit pas trop long, et enfin que la cible filmée ne soit pas trop rapide ! En effet, méfions nous. La plupart des caméras fournissent une image de qualité quand on fait la démonstration en plein soleil ou avec suffisamment de lumière électrique. Malheureusement, Vandalisme, Vols, Tags  et Agressions ont souvent lieu en soirée, et nous ne pouvons laisser faire le hasard d’un réglage usine.

Comme pour un appareil photo, une caméra possède un Iris qui  filtre le trop plein de lumière. Plutôt fermé en journée il va s’ouvrir au maximum quand la luminosité va baisser en soirée.

Puis nous avons le diaphragme , appelé aussi shutter dont la vitesse d’obturation est appelé le temps d’exposition: en journée en pleine lumière, ce délais va être extrêmement rapide, de l’ordre de 1/10000 de seconde afin d’éviter la sur exposition. Enfin, il y a le Gain, qui dans une caméra est un amplificateur logiciel de signal permettant de faire apparaitre des détails ou des couleurs avec peu de luminosité.  Iris , Shutter et Gain travaillent de concert en mode automatique dans la plupart des caméras. C’est ce qu’on appelle l’AGC (Automatic Gain Control) et il marche particulièrement bien en journée, mais hélas moins bien la nuit dans la pénombre.

En soirée,  la luminosité baisse (de 1000 à 0 lux) ,  le temps d’exposition va s’allonger afin de faire rentrer plus de lumière vers le capteur.  C’est le moment à risque coté caméra, car si la cible visée se déplace rapidement ou lentement mais latéralement, il y a de grandes chances qu’un arrêt sur image se traduise par un joli flou artistique. Pas besoin donc, ni de loup ni de renard ni de belette. En parallèle, le gain amplifie le signal et génère des détails mais aussi du bruit et des parasites (pixels noir, blanc, gris) qui ont tendance à augmenter fortement les débits des flux vidéo.  Si on a bloqué les flux, la qualité elle se dégradera évidemment en proportion. Triple peine: une image inexploitable, une grosse bande passante et des enregistrements énormes…

Si la mission de la caméra est stratégique pour une identification de visage ou une lecture de plaque on pourra prendre les mesures préventives suivantes:  obliger la caméra à basculer plus tôt en noir et blanc et Infra rouge sur planning  horaire, commande CGI  ou sur cellule photo reliée par contact sec. On pourra aussi fournir une luminosité artificielle supérieure afin pouvoir bloquer le shutter à une valeur générant moins de flou ( 1/250 s part exemple en lecture de plaque) Notez aussi que le WDR (Wide Dynamic Range) et le DNR peuvent générer des lenteurs et du flou car ce sont des post traitements. Le WDR surtout qui va gérer le contrôle de l’exposition en prenant plusieurs shots avec différentes vitesse d’obturation pour fabriquer une seule image.  L’optimisation de la bascule préventive en noir et blanc et la désactivation du WDR ou du DNR, la limitation du Gain au minimum,  sont généralement intégrés dans les firmwares des caméras de lecture de plaque afin d’optimiser leurs performances…

Certains constructeurs ont lancé récemment des caméras avec des capteurs multiples (Couleur et Noir et blanc) permettant de fabriquer théoriquement des images en soirée à la fois nettes et contrastées en couleur, sans double prise de vue…  Je n’ai pas encore pu vérifier de visu ce point. Constructeurs: à vot’ bon coeur 🙂

Et comme le disait le vert Maître Yoda: « Si la nuit bien voir tu veux,  laisser l’AGC en mode automatique tu éviteras »

  « Le diable est donc bien dans les détails, là encore ….!  »

« Souriez vous êtes filmés »: les petites chroniques de la « Vidéo surveillance en s’amusant » balaient au gré de l’humeur du moment, quelques aspects régulièrement abordés en Vidéo surveillance sous un point de vue humoristique.

Plan d’implantation 3D: nouvelle version 9.2

Publié le 15 Mai 2018

 

La nouvelle version amène quelques nouveaux objets en 3D tels que caisse enregistreuse, tourniquet et barrière véhicule.

Liste des améliorations:

  1. Ajout des câblages et d’un calcul de longueur des câbles  (Pro version).
  2. Ajout d’une page récapitulative câblages au rapport PDF .
  3. Support des formats AutoCAD DWG 2018 (Pro version).
  4. Ajout d’un outil de mesure
  5. Ajouts de nouveaux objets 3D : caisse enregistreuse, barrière et tourniquets.
  6. L’indicateur de qualité d’image a été amélioré (montrant visage et plaque d’immatriculation avec la densité de pixels) ont été améliorés. L’utilisateur peut effectuer un click droit sur l’indicateur et choisir une vue 3D du menu Popup.
  7. Les fonctions d’importation de modèles utilisateur 3D ont été optimisées et sont 10 fois plus rapides
  8. Des arrières plans en Ultra haute résolution sont supportés (jusqu’à 10000 x 10000 pixels).
  9. Les fonctions de calques ont été améliorées.
  10. Toutes les opérations longues peuvent être annulées avec le Bouton Annulation.
  11. L’utilisateur peut  envoyer un rapport PDF reports sur le Cloud.
  12. L’utilisateur peut supprimer une vue 3D , un dessin,  ou un rapport PDF du  Cloud.
  13. Ajout de boutons pour sélectionner l’orientation d’une vue de caméra FishEye.
  14. Ajout de liens rapides entre les caméras et les pages web des constructeurs de caméra
  15. Ajout d’un bouton  pour monter une photo de la caméra choisie  (si une image a été fournie par le constructeur).
  16. Amélioration de la qualité des dessins importés de PDF.
  17. Le coeur Graphique a été amélioré.
  18. Dans la version basique: les zones masquées par des obstacles sont prises en compte  (le nbre maximum de caméras est limité à 16)
  19. Les listes de modèles d’ AXIS, Vivotek, IDIS ont été mises à jour. Les constructeurs IndigoVision, Satvision and Eneo ont été ajoutés à la base de données.
  20. Ajout des caméras Hanwha Techwin cameras.

Ces nouveautés sont déjà intégrées dans les modules de formation présentiels et Webinar de Just Do Ip.

Vous souhaitez acheter et vous former au logiciel? : contactez nous !

Mieux vaut avoir les bonnes cartes en Vidéo

Publié le 18 Avr 2018

En sécurité, les joueurs tels que GoldFinger peuvent être bien évidemment une cible de choix, mais posséder un brelan, un carré ou une quinte flush aidera peu au bon fonctionnement du système de vidéo surveillance.

Cependant, il devient de plus en plus important d’afficher rapidement des flux multiples, de caméras IP possédant des résolutions de plus en hautes, avec des fréquences de rafraichissement élevées.

L’un des principaux ennemis de la vidéo est la latence, c’est à dire le délais d’affichage des flux à l’écran pour les opérateurs devant détecter des anormalités en temps réel. Rien de pire, que de voir arriver des images décalées, alors que l’événement est déjà passé de plusieurs secondes  et que l’individu malveillant est déjà parti !

Le deuxième ennemi sera la pixélisation et la dégradation de l’image dans les mosaiques vidéo affichées. Ne pas pouvoir comprendre une scène, parce que l’image est dégradée , sur compressée ou mal rafraichie, avec des pixels de toutes les couleurs est rédhibitoire en sécurité.

Troisième ennemi de l’opérateur de sécurité: la perte de contrôle des caméras motorisées PTZ (Pan Tilt Zoom). Ne pas pouvoir zoomer ou faire tourner une caméra, parce ce que « le système ne répond plus ». Un classique que l’on retrouve dans pas mal de CSU (Centre de Supervision Urbain)

Latences, pertes de controle PTZ et pixélisation des flux  peuvent aussi avoir comme cause les transmissions réseaux ou la puissance du serveur, mais nous nous plaçons dans le cas de figure où , serveur et réseau sont considérés comme bien dimensionnés, c’est à dire que les flux arrivent correctement sans perte sur les PC d’exploitation.

Donc, ces trois ennemis de l’affichage en temps réel sont souvent dus aux mêmes causes: des PC d’affichage complètement débordés par l’arrivée simultanée de multiples flux vidéo de très (trop) bonne résolution et qualité et de fréquences (trop) élevées d’images. Or le décodage des flux est effectué par le logiciel Client de l’éditeur , qui s’appuie sur le processeur du PC et sa carte graphique. Si la carte n’est pas suffisamment puissante ou si le logiciel client n’exploite pas au mieux la ou les cartes graphiques, le PC va être rapidement saturé: un simple test Control + Alt + Sup sur le PC client indiquera un taux d’occupation de 90 ou 100% des ressources CPU.

Chaque éditeur de logiciel Vidéo a ses propres méthodes de décompression et celles ci évoluent avec le temps. Pour afficher deux mosaiques de 16 flux de 2 Mégapixels à 25 images par seconde en H264, mieux vaudra prévoir des cartes graphiques multi voies puissantes (à partir de 300 €Ht)  et de la marque recommandée par l’éditeur. En H265 , ce sera encore plus critique puisque les flux demandent en surplus de puissance, il sera d’ailleurs souvent recommandé de travailler sur les flux secondaires en de rester en H264.

La tendance actuelle est de faire un décodage matériel sur le PC client sur 1 ou 2 cartes graphiques gérant chacune 1 à 4 écrans, qui se répartissent la charge (load balancing) sans prendre de ressources CPU. Cependant si  les cartes sont saturées, ce sera bien le processeur du PC qui prendra le relais. Cette option s’active sur le logiciel client de la VMS.

Et comme le disait le vert Maître Yoda: « Pour visualiser sans laguer, jeune padawan, les bonnes cartes graphiques tu prévoiras « 

  « Le diable est donc bien dans les détails, là encore ….!  »

« Souriez vous êtes filmés »: les petites chroniques de la « Vidéo surveillance en s’amusant » balaient au gré de l’humeur du moment, quelques aspects régulièrement abordés en Vidéo surveillance sous un point de vue humoristique.